lundi 6 février 2012

Technique de tricot : Blocage, vous avez dit blocage .....


Un précieux conseil m'a un jour été donné lorsque je débutais en tricot : les finitions bâclées peuvent gâcher un ouvrage. J'en suis aujourd'hui convaincue, et j'en fais une règle d'or de tout tricot.

Hier soir est enfin tombé de mes aiguilles cette veste que j'ai commencé en fin d'année dernière, qui m'a pris plus de temps que d'habitude car mon temps de tricot quotidien a été accaparé par un projet dit "de réconfort" inattendu et pressé, dont je vous parlerai un de ces jours, bref ..... cette veste je vous la montre telle quelle, parce que je me suis dit qu'elle illustrerait bien le problème des finitions en tricot, et plus particulièrement du blocage.

J'adore les tricots top down, qui se tricotent d'un seul tenant, sans coutures. Mais j'adore aussi customiser mes tricots et en ce moment, à en croire mes derniers projets, j'ai un faible pour les rayures multicolores. Donc en voici un nouveau, avec des jolies finitions multicolores, synonymes de plein de fils à rentrer. Ajoutez à cela une bordure en mousse le long des boutonnières qui resserre le tout de façon fort disgracieuse, et vous obtenez un tricot qui nécessite obligatoirement un temps non négligeable de finitions.

- D'abord, il va me falloir rentrer les fils. Je ne pense pas avoir besoin de vous faire un tuto pour cela, tout le monde sait faire (et personne n'aime ça).

- Ensuite, il va me falloir bloquer l'ouvrage. Et là, j'entends d'ici les cerveaux des tricoteuses en ébullition (oui j'ai un certain sens fort appréciable de télépathie tricotesque) : blocage vous dites ? Quésako ? Et oui, nombreuses sont celles, comme je l'étais au début de mon apprentissage du tricot sur le net, qui ignorent ce qu'on entend par blocage. Le blocage est le fait de donner sa forme définitive à un tricot en employant les grands moyens : l'eau. Certaines utilisent la vapeur du fer à repasser, moi j'avoue que je préfère la technique de l'immersion. Et cette technique, je vous l'ai déjà présentée en son temps, le jour ou j'avais terminé de tricoter Milo en chameau. Je vais donc faire ma feignasse, et reprendre les explications de ce jour-là, mais cette fois-ci je vais les éclairer de jolis clichés pour convaincre les plus réticentes de la nécessité de bloquer les tricots.

Lavage et blocage des ouvrages tricotés mains : Mes règles d'or


Lorsque le tricot est terminé, tout neuf tombé des aiguilles, il peut ressembler à ça :

Les bordures rebiquent, sont plus serrées que le reste du tricot, et en y regardant de plus près, les mailles ne sont pas très régulières. Pas de panique ! Des mesures simples vont tout arranger :

- Je verse de l'eau à température ambiante dans une bassine, avec un peu de détergent spécial laine (Woolite mon ami ou tout autre produit spécial laine).

- J'y immerge l'ouvrage, en pressant un peu pour qu'il s'imprègne bien du liquide entre les fibres. Je n'agite pas !!

- Je vide ensuite doucement l'eau de la bassine, en plaquant l'ouvrage avec mes mains contre la paroi, pour ne pas qu'il pende dans le vide et s'étire.

- Je rince à l'eau claire, à température ambiante, toujours doucement.

- Une fois rincé, je presse délicatement l'ouvrage contre les parois de la bassine pour enlever l'excédent d'eau. J'évite toujours soigneusement de soulever le pull par une extrémité tant qu'il est gorgé d'eau, pour ne pas abîmer les fibres.

- Je pose ensuite délicatement l'ouvrage à plat sur une serviette de toilette sèche et propre, pliée afin qu'il repose complètement à plat sur la serviette.

- Je roule la serviette et le pull ensemble, puis je monte debout sur la serviette, et je presse (j'ai pris la précaution d'enlever auparavant mes chaussures et mes chaussettes, et je ne fais pas ça sur la moquette ...). Je piétine doucement le tout, en tournant de temps en temps la serviette pour bien appuyer sur toutes les faces.

Note de l'auteur : n'essayez pas comme moi de garder vos chaussettes : ce jour-là j'ai compris que c'était une mauvaise idée ....
- Je récupère toujours doucement le pull, et je le mets à plat sur une autre serviette, propre et sèche, étendue sur une surface plane, à l'abri du soleil direct, et des chats ;-)

- S'en suit une séance de tripotage, tapotage, aplatissage, effleurements, afin que le tricot récupère la forme que je désire lui donner. Avec des mouvements doux, je redresse les manches, je lui redonne sa symétrie, j'aligne les bords ... J'utilise souvent des épingles pour qu'il garde sa forme en séchant (on trouve dans les merceries des aiguilles qui ne rouillent pas, intéressant, surtout si on a tricoté une jolie layette blanche immaculée ... )


- Dernière étape, cruciale et nécessitant de la patience : l'attente. Il faut attendre que l'ouvrage soit sec, ce qui peut prendre de quelques heures à deux jours, en fonction du lieu, de la chaleur, de la qualité de l'étape de roulage dans la serviette.

Une fois l'ouvrage bien sec, il est comme neuf, avec une forme parfaite ! Bien plus joli que juste après être tombé des aiguilles. En comparant les photos avant et après, je pense que la plus réticente sera convaincue, non ?


Bon tricot !

27 commentaires:

  1. oui c souvent avec les finitions que je rattrape les defauts...,o)

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour ce tuto très utile, c'est toujours intéressant de voir comment font les autres ! La seule chose qui m'ennuie profondément avec l'impératif du blocage, c'est que tout cela c'est bien joli chez soi, mais quid des tricots que l'on offre ? "voilà je t'ai tricoté un truc mais attends que je t'explique, si tu le laves il y a trois pages d'explications à suivre pour qu'il garde sa forme !" ;) Un peu galère !

    RépondreSupprimer
  3. @ lydia : je trouve que c'est surtout le premier blocage qui nécessite les épingles. Ensuite, il suffit de dire aux gens de le laver à la main et de le sécher à plat et ça suffit généralement. Moi je fais toujours super gaffe, mais j'ai plein de copines qui passent le tout en machine et qui n'ont jamais de problème !

    RépondreSupprimer
  4. Remarque, je passe mes tricots en machine aussi et je n'ai jamais eu de problème non plus, mais j'évite d'offrir des châles en dentelle et autres pièces de la sorte, parce que je me dis que c'est ce qui risque de bouger le plus au lavage !

    RépondreSupprimer
  5. Oui, c'est clair que la dentelle nécessite beaucoup de blocage ....

    RépondreSupprimer
  6. quelle minutie , je n'en fais pas autant je mouille et je laisse décher à plat , je vais m'inspirer de tes idées , ce qui est drole c'est que rouler et piétiner dans une serviette font partie des geste necessaires pour feutrer la laine , bon avec du savon et du tulle aussi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ alexandra : Oui, tout est une question de nuances, et le savon et le tulle ont une action bien plus musclée sur les fibres que le doux piétinement que j'applique sur les tricots !

      Supprimer
  7. et ben moi je n'ai toujours pas bloqué ma couverture qui attend patiemment que je le fasse...mais là, évidemment, je suis plus que convaincue!!!
    merci

    RépondreSupprimer
  8. Euh... Non, moi je ne sais pas rentrer les fils (j'ai honte !)... Et je viens justement de commencer une écharpe rayée, avant de m'apercevoir justement que ça allait être galère !!! Une petite explication rien que pour moi ?
    Merci !

    RépondreSupprimer
  9. @ végétaliens : ce que je peux te conseiller pour ton écharpe, si les rayures sont répétitives, c'est de ne pas couper les fils à chaque fois mais de les faire courir le long de la bordure pour ne pas avoir à tous les rentrer à la fin. Pour rentrer les fils, je prends une aiguille à laine, et sur l'envers du tricot je passe le fil dans des mailles sur quelques cm, en faisant un aller retour pour être sûre qu'ils ne ressortent pas.

    RépondreSupprimer
  10. D'accord, bon, c'est bien ce que j'avais à peu près dans l'idée... Et pour mon écharpe, les rayures sont très aléatoires, puisque je fais chaque jour deux rangs de la couleur du ciel... Bleu clair en ce moment, gris ou blanc jusqu'à la semaine dernière !
    Merci beaucoup pour ces conseils...

    RépondreSupprimer
  11. Merci de nous livrer ton astuce du blocage
    Et un grand merci d'avoir montré qu'un tricot d'experte des aiguilles quand il est fraîchement tombé et aussi bancale (un peu moins quand même) que le mien (mais je bloque hé hé !)

    Ton blog est très beau
    Estelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas du tout une experte des aiguilles, mais je te remercie pour les compliments ;-)

      Supprimer
  12. C'est marrant je parlais justement de blocage à ma mère et ma grand-mère hier qui ne savent pas ce que ça veut dire et bien moi maintenant je sais !!Merci pour ce billet instructif.

    NB: je passais par là pour revoir comment tricoter en rond car je me lance !!!Et ma grand-mère m'attends au tournant elle veut voir ça!

    RépondreSupprimer
  13. merci pour ton tuto sur le blocage chose que je ne fesais pas vraiment!! lol j'ai un peu honte.
    Par contre une petite question pratique qd tu le mets a tremper dans l'eau de lavage et l'eau de rinçage est ce que tu le laisse longtemps tremper???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout pas ! Je l'imbibe juste pour qu'il soit bien mouillé, mais il ne faut pas le laisser tremper sinon gare au feutrage ...

      Supprimer
  14. Merci pour ce tuto sur le blocage. Avant de commencer mon blog je ne savais pas ce que c'était. Jusqu'à présent je faisais avec le fer à repasser et la vapeur. Je viens de tester ta méthode, j'avais justement le tricot qui attendait et je trouve que c'est génial. Dès qu'il est sec je mets un lien vers ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, ça fait de beaux tricots ! Merci internet qui nous permet de découvrir chaque jour de nouvelles techniques.

      Supprimer
  15. depuis chez mamynette j'ai fait clic, car depuis le temps que je tricote je ne connais pas cette technique, j'utilise la pate mouille
    merci du partage

    RépondreSupprimer
  16. tricoteuse débutante j'avais entendu des choses à propos du blocage mais je ne voyais pas ce que c'était cela avait l'air compliqué. grâce à toi je vois que non et je n'oublierai pas d'enlever les chaussettes ce que je n'aurais pas fait sinon ;) Merci

    RépondreSupprimer
  17. comme la pluspart des tricoteuses je ne connaissais pas ce blocage, je vais l'adopter merci pour ces conseils

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,

    Je suis passée cet été à la journée du mois d'août et je me suis lancée dans un projet que je viens de terminer et d'appliquer votre façon de bloquer, car je n'avais jamais fait de blocage auparavant. je viens de faire le KAL goéland de Nicole en merisoie (4 pelotes) couleur lilas. Je connais le valgaudemar depuis que je suis toute petite, ayant passé toutes mes vacances là.

    Bises et merci pour votre blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux des photos du châle !! :-)Pas pour critiquer hein, mais pour admirer !

      Supprimer
  19. Grâce à toi, j'ai enfin compris ce qu'était ce fameux "blocage". J'ai maintenant des vieux souvenirs de pulls tricotés par maman, épinglés sur une serviette de toilette. Mais elle, c'était avant le montage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, on le fait avant le montage, et si on tricote en rond, il n'y a pas de montage, donc on le fait à la fin. :-)

      Supprimer
  20. Bonjour,

    Tombée sur ton article en surfant sur ton blog, je découvre le graal! J'ai bien failli ne jamais savoir ça, qu'en serait-il advenu de mon ouvrage!? Mon snood-gilet torsadé est bientôt terminé, je vais le chouchouter ^^
    Merci beaucoup pour cette info vitale et au passage, j'aime bien ce que tu fais :)

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails